:: Festen de Thomas Vinterberg ::

L'histoire
La pièce se déroule au Danemark, en pleine campagne, dans un manoir transformé en hôtel. Le propriétaire, Helge Klingenfeldt-Hansen, y a rassemblé ses amis, sa famille et ses trois enfants (Christian, Michaël et Hélène) à l'occasion de ses 60 ans. Malgré la bonne humeur apparente, la famille endure le deuil du récent suicide de Linda — la soeur jumelle de Christian.

Helge demande à son fils aîné, Christian, de dire quelques mots à la mémoire de sa soeur jumelle, Linda, morte quelques mois auparavant. Tandis que le personnel s'active pour que toutes les bouches soient sustentées, que le maître de cérémonie s'échine à proposer de nombreux divertissements, personne ne se doute que lorsque Christian se lèvera pour prononcer son discours leur vie sera bouleversée à jamais par de terribles révélations.

Pour la première fois présentée à Nice en 2002, Festen, adaptation du premier long-métrage de Thomas Vinterberg, se veut une critique de la société européenne, une remise en cause progressive d'une structure sociale, une victoire de la vérité sur l'hypocrisie d'une bourgeoisie qui dissimule sous son vernis les actions les plus innommables.

A propos de Thomas Vinterberg
En 1998, Thomas Vinterberg, jeune cinéaste né à Copenhague en 1969 et auteur de nombreux courts-métrages, présente à Cannes Festen qui sera récompensé par le prix du jury.

Cette oeuvre s'inscrit dans un nouveau courant Dogma créé par quatre cinéastes danois (dont Thomas Vinterberg et Lars Von Trier) qui prônent un cinéma dénué d'effets faciles et font voeu de chasteté esthétique. Ainsi, ils soulignent une tension dramatique sans artifices, et une vérité venant de la force émotionnelle du scénario et du jeu des acteurs.

L'adaptation du scénario pour la scène, immédiate après le succès au cinéma, rend plus pertinente et dévastatrice cette histoire d'anniversaire où toute une famille s'affranchit de terribles secrets par le contact privilégié des acteurs avec le public.

Optique de mise en scène
L'action de Festen se déroule dans une atmosphère détendue: c'est les 60 ans de Helge et on y vient pour passer un bon moment. Mais les révélations de Christian vont introduire dans la pièce une tension qui va aller crescendo... La mise en scène est axée sur les ruptures d'ambiances et met en avant la dégénérescence des relations familiales. Mais plus que cela, l'intérêt du texte vient des incessants paradoxes: à peine la fille enterrée, on fête l'anniversaire du père, on profite du banquet dans une salle voisine à la chambre qui a vu Linda se suicider, on proclame des discours pour louer les qualités de Helge, mais aussi pour annoncer qu'il a abusé de ses enfants... Ces décalages entre le contexte, festif, et l'histoire de la famille, insoutenable, sont au centre de la mise en scène.

L'histoire et le passé de chaque personnage est extrêmement riche et complexe, les comédiens se doivent donc de proposer un jeu précis et tout en nuances. Comme pour la pièce, chaque personnage a ses propres paradoxes, ses conflits, et doit gérer avec sa conscience ce qu'il sait, ce qu'il croit savoir et ce qu'il préférerait ignorer. La plupart des comédiens évoluant dans le Pool d'Impro du Poly, ils sont habitués à faire de nombreuses propositions pour offrir un grand nombre d'alternatives au metteur en scène, offrant ainsi un contenu riche et en perpétuelle évolution.

La maison dans laquelle se déroule la fête est grande, permettant à l'action de prendre place dans des lieux très différents. La scénographie en tient compte puisqu'elle intègre, autour de la salle principale du banquet, plusieurs espaces dans lesquels se dérouleront les apartés, offrant aux personnages une intimité certaine lorsque ceux-ci en ont besoin. Linda, invisible, sera représentée comme une lueur en coulisses. Lueur fantomatique ou d'espoir?

La musique, jouée sur scène au piano par un des invités, sera à l'image du texte: joyeuse mais teintée d'une réelle tension sous-jacente. Ainsi, des morceaux tirés du répertoire de Rachmaninov et des Etudes de Chopin constitueront l'essentiel de l'ambiance musicale de Festen.


Distribution
Mise en scène : Cédric Adrover
Comédiens :
Mette, la femme de Michaël: Alexandra Bauduin
Michaël, le cadet: Vincent Brayer
La femme de Bent: Aude Chabrelie
Poul: Amandine De Dea
Lars, le maître d'hôtel: Vincent Delattre
Leif, l'oncle: Etienne Dysli
Michelle, la cuisinière: Sherine Gamgoom
Helmut, le maître de cérémonie: Raphaël Guex
Hélène, la fille: Simone Honegger
Gbatokaï, le fiancé d'Hélène: Sami Jannin
Helge, le père: Yves Londono
Christian, le fils aîné: Sébastien Monachon
Else, la mère: Magaly Remy
Pia, la bonne: Yasmine Saegesser
Bent, un des collaborateurs du père: Vitor Silva
Grand-mère: Trân Tran
Scénographie : Natacha Gentile, Stéphanie Lociciro, Guillaume Luy
Eclairage : Yan Godat, John
Maquillage : Laure Valentini, Stéphanie Lociciro
Musique : Olivia Studer

Représentations
Salle Polyvalente de l'EPFL
Du jeudi 27 avril au samedi 6 mai 2006
relâche lundi et mardi.
Spectacle 20h30, dimanche 17h30.
Ouverture des portes 30mn avant.